Peter Von Matt

Peter von Matt, né en 1937 près de Lucerne, a été pendant des décennies professeur de littérature allemande à l’université de Zurich. Il est une des personnalités marquantes du monde littéraire germanique, engagé dans la défense de nombreuses œuvres (président des fondations Elias Canetti et Max Frisch), très recherché dans toute l'Europe pour ses conférences, auteur de nombreux essais aussi étincelants qu’accessibles. Il a reçu en 2014 le Prix Goethe. 

 

Don Quichotte chevauche par-delà les frontières. L'Europe comme espace d'inspiration

Le Don Quichotte de von Matt a la force de persuasion d’un manifeste mais le style d’un grand texte littéraire. Pour lui, l'œuvre de Cervantès a joué un rôle moteur dans la littérature européenne: Avec son Don Quichotte qui n’est plus un modèle unilatéralement héroïque car aussi capable de ridicule, Cervantès propose le roman moderne. Il incarne dorénavant la narration européenne. Les liens avec l’histoire traversent tout le discours de Peter von Matt, qui met constamment en relief le rapport entre violence et création. Par exemple, la Guerre de Trente Ans survient peu après la mort de Cervantès et de Shakespeare. Ainsi, «Il y a une sinistre analogie entre le paradoxe de l’existence humaine révélé par Cervantès et Shakespeare et le paradoxe de l’histoire écrite par l’homme, avec ses sciences triomphales et les immuables massacres à grande échelle pour les banalités les plus obscures.»

La poste du Gothard ou les états d'âme d'une nation

La Poste du Gothard ou les états d’âme d’une nation relève autant de la critique littéraire que de l’histoire, avec en ouverture l’analyse d’une œuvre peinte : le célèbre tableau de la diligence du Gothard. On peut classer ce livre comme un essai engagé sur les rapports entre littérature et histoire d’une nation, avec pour exemple la Suisse du 18e au 21e siècle.

La dimension politique actuelle est présente tout au long du livre, soit l’utilisation par les forces politiques de la tension entre mythes des origines et progrès. Comment les écrivains illustrent cette tension, comment ils sont perçus, c’est le propos de von Matt.

Composé de chapitres originaux, d’articles et de conférences entièrement réécrits, ce livre a reçu le Goncourt suisse en 2012, le Schweizer Buchpreis.

Sang d'encre. Voyage dans la Suisse littéraire et politique

 

Dans ce livre, Peter von Matt embrasse du regard la littérature suisse de langue allemande, de Gotthelf à Fritz Zorn, de Keller à Robert Walser, Frisch, Dürrenmatt et les contemporains Urs Widmer et Gerhard Meier. Ce regard n’est pas seulement celui d’un connaisseur et d’un amoureux de la littérature, c’est aussi celui d’un citoyen doté d’une conscience historique et politique. En Suisse plus qu’ailleurs les écrivains peuvent être caractérisés par les temps de l’histoire.

La violence est partout présente, même chez des poètes qui semblent en être si loin, comme C. F. Meyer ou Robert Walser. Une grande colère habite le «doux» Walser contre les papes de la critique qu’il soupçonne de condescendance à son égard.

Les écrivains sont présentés de manière saisissante et souvent poétique. Car si ce livre est conçu par un spécialiste, il est écrit par un artiste.